vous êtes ici : accueil > actualités > DGFiP

Vos outils
  • Diminuer la taille du texte
  • Agmenter la taille du texte
  • Envoyer le lien à un ami
  • Imprimer le texte

Message de la CGT Finances Publiques 18 au DDFiP du Cher du 18 mars à 23 heures

Monsieur le Président du CHSCT, Monsieur le Directeur départemental

D’un point de vue général, la notion de « missions prioritaires » semble soumise à interprétation, le nombre d’agents mobilisés semblant par endroit excessif.

Il est certes de la responsabilité des chefs de service d’organiser le travail de leurs équipes, il est néanmoins de la responsabilité du DDFIP de s’assurer que toutes les dispositions nécessaires sont mises en œuvre pour assurer la sécurité des agents.

Il est clair que certaines missions doivent être réalisées, mais trop de monde mobilisé entraîne une promiscuité totalement contraire aux règles de distanciation sociale établies par ordre présidentiel (et cela est malheureusement vérifié dans certains services).

Nous vous avons fait part ce matin de la situation du SIE de Bourges, celle-ci a été règlée.
Nous attirons maintenant votre attention sur les SPF. Celui de Bourges est mobilisé à 50 %, comme s’il s’agissait d’une période de vacances alors que dans d’autres départements les SPF sont fermés. Les agents de ce services travaillent majoritairement en plateau.

Nous ne pouvons pas continuer d’intervenir auprès de vous service par service.
Nous demandons donc dès Jeudi la stricte application du PCA en période de crise, tous les agents qui n’assurent pas ces misions doivent rester chez eux.

En conséquence les Sip et CDIF doivent fermer.

Les agents qui assurent les missions indispensables doivent le faire en rotation dans la mesure du possible et être prioritaires pour le redéploiement des possibilités de télétravail.

Nous renouvelons la demande :
- de faire sortir des services les personnes qui ont un conjoint fragile.
- de banaliser les jours de travail : dès que la mission prioritaire de la journée est terminée, l’agent doit rentrer chez lui et ne pas rester dans le service ; il ne doit pas perdre de temps à la pointeuse.

Les directives sont très claires et confirmées par le directeur général le 17 au soir. Les agents ne doivent pas être exposés. Nous avons encore des exemples de personnes dont la présence quotidienne n’est pas obligatoire. Les mesures qui doivent être mises en place n’ont pas pour objet d’assurer un service minimum, il s’agit de soustraire les agents à un danger clairement identifié et potentiellement mortel.

Il est impératif de contraindre, dès aujourd’hui, les chefs de services à établir à minima un tour de rôle pour les tâches essentielles et de renvoyer chez eux les agents non concernés.

Il serait superfétatoire, de vous rappeler les dangers de cette pandémie, dont la seule prévention trouvée est le confinement. Plus le temps passe, plus des agents risquent d’être contaminés ou de se contaminer.

Nous vous rappelons notre message de ce matin qui n’a pas reçu de réponse, à savoir la communication du plan local de continuité d’activité avec le nombre d’agents par service assurant ces missions prioritaires.

Sylvie Melgarès, représentante CGT en CHSCT

Article publié le 19 mars 2020.


Politique de confidentialité. Site réalisé en interne et propulsé par SPIP.